C’est bien connu de tous, le football est une religion, et comme pour chaque religion, il faut un lieu de culte où les fidèles pourront venir témoigner de leur exaltation pour leur dieu. Yaoundé n’y fait pas exception et a aussi « son » stade, où se sont écrites quelques­ unes des plus belles pages du sport camerounais.
Situé dans le cinquième arrondissement de la ville de Yaoundé la capitale du Cameroun, le stade Omnisports Amadou Ahidjo a été construit entre 1970 et 1972, rénové en 2016 et est désormais doté d’une capacité de 40 122 places assises.
Le stade Ahmadou Ahidjo doit sa construction à l’organisation de la huitième Coupe d’Afrique des Nations par le gouvernement camerounais en 1972.

Suite à sa première participation au tournoi continental deux ans plus tôt au Soudan (1970), le Cameroun a voulu profiter de cet élan pour développer son football en accueillant la compétition ; le pays ne disposait pas d’infrastructures sportives dignes de ce nom ; Les rencontres internationales se disputaient sur des terrains en terre battue comme le stade de l’Hippodrome, situé sur l’actuel emplacement de l’Hôtel de ville, et le stade militaire, localisé en face de l’Assemblée Nationale sur le plateau Atemengue.
D’énormes sacrifices financiers ont été consentis pour venir mettre sur pied cette infrastructure sportive moderne dans le quartier Mfandena. Malgré des tribunes partiellement achevées, la cuvette (surnom attribué au stade du fait de ses formes ressemblant à un récipient creux) obtient le feu vert pour abriter sa CAN.

Le Stade Omnisports fraichement bâti portera le nom d’Ahmadou Ahidjo, en hommage au premier Président de la République du Cameroun. Cette arène peut abriter plusieurs disciplines sportives car elle est dotée d’une piste d’athlétisme, d’une aire de jeu gazonnée et d’un bac à sable d’où le terme omnisports. La cuvette est réputée pour l’ambiance volcanique de ses virages et le mythique « Shaba ».

Toutefois, la CAN 1972 a laissé un goût amer au Cameroun. Favori de la compétition, l’équipe locale, constituée de joueurs emblématiques comme le capitaine Emmanuel Mvé et Paul Gaston Ndongo, fut éliminée en demi-finales face au Congo Brazzaville le 23 février 1972. C’est à l’issue de ce psychodrame que la sélection nationale fut baptisée « Lions Indomptables » par le Ministre des Sports de l’époque.

S’il est vrai que le stade Omnisports de Yaoundé est mythique, c’est bien pour une raison. En effet, les Lions indomptables ont fait de leur antre une forteresse inviolable au fil des années. Depuis le 31 octobre 1976, et une défaite 2 buts à 1 face au Congo Brazzaville à l’occasion du premier tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 1978, ils n’ont plus perdu la moindre rencontre en compétition officielle sur leurs installations. Une invincibilité unique dans l’histoire du football. De quoi faire frémir tous les adversaires qui pointent le bout de leur nez à Ongola. « Une légende voulant que les patriarches du quartier Mfandena aient décrété l’invincibilité des Lions sur leur terre ancestrale. » Vrai ou fausse prophétie ? Toujours est-il que près de 50 ans après, elle semble plus que jamais se vérifier.

Il n’y a pas si longtemps, la cuvette de Mfandena abritait les plus belles rencontres du championnat local, drainant au passage une foule nombreuse et déchainée. Les grands clubs de Yaoundé à l’instar du Canon et du Tonnerre ont joué dans des atmosphères électriques et créé des émotions inoubliables.

Chaque année, le stade Ahmadou Ahidjo abrite la finale de la Coupe du Cameroun en présence du Chef de l’Etat.

Des compétitions et rencontres internationales ont également pu s’établir dans la cuvette: la CAN 1972, le Jubilé Roger Milla en 1988, la Coupe de l’UDEAC 1988 et 2008, et la CAN féminine 2016, le CHAN 2021. La cuvette de Mfandena a aussi abrité d’autres compétitions sportives comme les championnats d’Afrique d’athlétisme (1996), des combats de boxe du grand Joseph Bessala et des mégas concerts de musique du groupe Kassav et P­Square.

Le stade omnisports est devenu peu à peu, un symbole de l’unité nationale, l’épicentre du sport camerounais, donnant aux populations tant de souvenirs à chérir. Les exploits de Samuel Eto’o et Patrick Mboma, le jubilé de Roger Milla en passant par la venue de Gigi Buffon en 1998 pour la dernière de Nkono, resteront des moments d’anthologie.

Près de 50 ans après sa construction, le stade Ahmadou Ahidjo n’a pas fini d’être au cœur de l’évènement puisqu’il a accueilli le CHAN en 2021 et va accueillir la CAN 2022.

Fiche technique du stade Omnisports Ahmadou Ahidjo:

·         capacité de 40 122 places assises

·         une loge officielle

·         une tribune couverte

·         Deux virages

·         une salle des conférences

·         une tribune de presse

·         une zone mixte

·         une salle de presse

·         Des bureaux

·         D’une piste d’athlétisme.

·         D’une infirmerie

Synthèse réalisée par Mathieu Mvogo



Articles similaires

PROJETS ROUTIERS : 300 PROJETS DE CONSTRUCTION, RÉHABILITATION ET D’ENTRETIEN ACTIFS RECENSÉS. lire la suite

LE CAMEROUN ACCENTUE LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE PLUS DE QUATRE MALADIES. lire la suite

YAOUNDÉ : LE COUPLE PRÉSIDENTIEL S’EST ENVOLÉ POUR UN COURT SÉJOUR PRIVÉ EN EUROPE. lire la suite