Des brebis galeuses, on en trouve partout. Mais lorsque  celles-ci s’en prennent à ce que l’Etat compte parmi ses œuvres les plus chères, alors là il y a problème.

Non, il ne s’agit pas ici d’un photomontage. Ces images sont bien réelles.  Des individus ayant tourné le dos à l’éthique ont décidé de poser leurs pieds sur les chaises nouvellement installées pour les spectateurs du stade omnisports. Inutile de rappeler les moyens colossaux consentis pour l’Etat du Cameroun pour réhabiliter le temple du football de Nfandena. Ce sont les consciences qui se retrouvent ici  interpellées. Car comment peut-on aboutir à l’émergence avec des comportements désobligeants ? Est-il possible d’aspirer au développement en torpillant les œuvres qui le matérialisent ? Nous sommes là dans la situation du pompier pyromane. Le comble dans tout cela est que ce sont des jeunes qui se livrent à cette sale besogne. Ceux là même qui sont les héritiers de la nation  sabotent leurs propres œuvres. Nous étions à la fin du match Cameroun-Ghana qui a été remporté haut la main par nos braves lionnes. Est-ce là une manière  d’exprimer sa joie ? Le chef de l’Etat ne le dira jamais assez, le développement est une affaire de tous, chacun doit se sentir concerné. Ce n’est qu’à ce prix là que l’on marquera le premier  véritable pas vers l’émergence.

 

 



Articles similaires

Le Canon Village pour vivre la CAN entre supporters du Kpa-Kum lire la suite

Activité intense à l’aéroport de Garoua pour accueillir les supporters de la CAN lire la suite

Eduqués pour critiquer : La vraie cause de notre sous-développement lire la suite