Elles figurent parmi les grandes résolutions de l’Organisation inter-africaine du café qui a tenu son 4è symposium à Yaoundé du 28 novembre au 3 décembre 2016.

Tous les participants au 4è Symposium de l’Organisation inter-africaine du café (OIAC) sont unanimes. Il faut améliorer la part de l’Afrique dans la production mondiale de café. A ce jour, bien que l’Afrique compte le plus grand nombre de pays producteurs, le continent ne représente que 12% du marché mondial. Un recul par rapport à 1970 où l’Afrique représentait 27% de la production mondiale. Pour accroître sa production, l’OIAC entend améliorer la formation et organiser à l’aide de programmes de recherche cohérents, les producteurs de façon convenable et leur faciliter l’accès aux financements et au foncier rural.

Les participants réunis à Yaoundé, ont convenu de l’importance de prendre en compte les avantages pédo-climatiques en utilisant les cultures climato-intelligentes et les intrants. Pour y parvenir, au cours du 4è Symposium du café africain, les réflexions sur la thématique sur la « transformation inclusive de la chaîne de valeur dans l’industrie caféière » ont permis à l’OIAC de lancer un appel en direction du secteur privé.

Il est question de retrouver des moyens afin d’impliquer les jeunes pour booster la production et la consommation, développer la coopération internationale et mettre en place des politiques incitatives par rapport à la fiscalité et impliquer les ministres des Finances aux différentes réunions de l’OIAC.

"

  • (621)
  •  
  • 0
  • 0

Articles similaires

Lancement du Tour cycliste Chantal Biya par le Ministre des Sports et de l’Education civique lire la suite

Deux élèves kidnappées et retrouvées par nos forces de défense lire la suite

Redémarrage du chantier du Complexe sportif d’Olembé à Yaoundé lire la suite

L’entreprise Atidolf Nigeria Ltd interdite de soumissionner à un marché public pendant deux ans lire la suite