Point de vue :

Communication : Les autorités de Yaoundé ont-elles perdu la guerre de l’information ?

La communication occupe aujourd’hui une place très importante dans nos sociétés.  On a envie de dire et de croire que « celui qui a l’information détient le pouvoir » mais, il ne suffit pas seulement d’avoir l’information, il faut pouvoir la diffuser auprès de ceux qui en ont besoin. Cette information, qu’elle soit vraie ou fausse, aura une influence dans la société.

Nous assistons ainsi à une guerre de leadership ; chacun cherche à être le premier :

  • Premier à dire, à informer, à faire connaitre ce qui se passe, s’est passé ou va se passer.
  • Premier parmi ceux qui disent et qui sont écoutés.

Dans cette guerre de leadership, les autorités de Yaoundé semblent avoir perdu ce combat. Leur retard pour la maitrise des moyens modernes de communication en est la principale cause. Elles ont choisi la communication réactive et passent le temps à expliquer et à se justifier.

Si la rumeur dans notre pays occupe une place aussi importante, c’est parce que l’information officielle est rare voire absente. Le besoin en information étant naturel, les populations sont donc orientées vers la première source qui souvent se trouve être la rumeur.

Malgré les milliards investis par les pouvoirs publics pour la communication, la voix du Cameroun tarde à se faire entendre.

 A l’ère où l’information circule à la vitesse de l’éclair, est-il encore nécessaire d’attendre l’heure du journal à la radio ou à la télévision pour être informé de ce qui se passe dans notre pays ? Faut-il absolument être connecté à un média d’Etat pour avoir cette information ? Pourquoi les autorités continuent à considérer les nouveaux médias comme dangereux au lieu de chercher à les maitriser ? Faut-il vraiment croire que dans ce pays, personne ne maitrise cette science et n’est capable de l’utiliser pour la bonne cause ? Est-il vrai que les « analphabètes du 21e siècle » en charge du choix des moyens de communication de l’Etat préfèrent le chaos à l’ouverture ?

En attendant qu’une solution idoine soit trouvée, le Cameroun continue de cacher ses vérités au monde et nos ennemis triomphent et jubilent en diffusant des contrevérités que le monde considère comme paroles d’évangile.

Faisons néanmoins attention : dans une société où le mal a pris la place du bien et le bien la place du mal, le mal devient le bien et le bien le mal…

  • (595)
  •  
  • 0
  • 0

Articles similaires

Exit Seedorf... La Fecafoot limoge le coach des Lions indomptables lire la suite

Samuel ETO’O Fils en communion avec le peuple Mvele à Esse lire la suite

Les Lionnes championnes d'Afrique de Volley-ball lire la suite

Nomminations dans certaines universités d'Etat lire la suite