L’attribution de l’organisation d’une compétition de la dimension de la Coupe d’Afrique des Nations à un pays prend en compte un certain nombre de critères. Il s’agit notamment de la qualité et de la quantité  des infrastructures, les stades, les routes, les hôpitaux, les télécommunications et j’en passe.

Il existe un autre critère tout aussi fondamental que l’on aurait tendance à négliger. En fait la CAN est une fête. Une fête qui se veut populaire. En cela, la place et le rôle que tient le sport en général et le football en particulier dans le pays organisateur sont, de mon point de vue le premier critère parmi les critères qui gouvernent ce choix.

Les stades, les routes, les hôpitaux, les télécommunications et toute la logistique imaginable, peuvent être construits entre deux CAN. L’amour du football c’est un style de vie. On ne devient pas une nation de football du jour au lendemain. Le Cameroun est un pays de football en Afrique et dans le monde. Depuis l’introduction de ce sport vers les années 1920 au pays du Maréchal Mbappé Lépé, Manga Onguéné, Mbida Arantès, Roger Milla, Eto'o Fils …, on a connu des générations de champions, des clubs de renom, une équipe nationale cinq fois championne d’Afrique, qui a donné cinq places en coupe du monde à l’Afrique…, une équipe feminine qui a révélé récemment ses talents

La CAN à 24 au Cameroun en 2019 s’annonce sous de meilleurs auspices et la fête qui se prépare au niveau populaire s’annonce belle  

 

  • (1440)
  •  
  • 0
  • 0

Articles similaires

Exit Seedorf... La Fecafoot limoge le coach des Lions indomptables lire la suite

Samuel ETO’O Fils en communion avec le peuple Mvele à Esse lire la suite

Les Lionnes championnes d'Afrique de Volley-ball lire la suite

Nomminations dans certaines universités d'Etat lire la suite