C’est connu chez nous et c’est de la sagesse : le vainqueur dans un procès de litige foncier doit matérialiser sa présence par une mise en valeur du terrain. C’est un peu ce que le Chef de l’Etat a cru bon d’appliquer après la rétrocession de la presqu’île de Bakassi au Cameroun.

  Et justement pour bien marquer sa présence dans cette partie du pays jadis occupée en majorité par les populations nigérianes, l’Etat a choisi d’y créer une palmeraie de 1000 hectares. Un financement de un milliard de francs CFA a été mobilisé et  400 jeunes camerounais ont été recrutés et installés en vue de cultiver le palmier à huile.

Cette initiative a relancé la vie à Bakassi. Un marché a d’ailleurs vu le jour dans la localité. La présence camerounaise était visible.

Aujourd’hui, le projet du palmier à huile à Bakassi se meurt. Le premier financement est épuisé. Les activités ont drastiquement baissé. Ce qui a provoqué un départ massif des jeunes.

Vivement la reprise!



Articles similaires

VILLAGE DE L’UNITÉ ET DE L’INTÉGRATION NATIONALE : PAUL BIYA CÉLÉBRÉ COMME ARTISAN DE L’UNITÉ. lire la suite

INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES : LE MINTP INVENTORIE ET NUMÉROTE LES ROUTES COMMUNALES. lire la suite

PROJETS ROUTIERS : 300 PROJETS DE CONSTRUCTION, RÉHABILITATION ET D’ENTRETIEN ACTIFS RECENSÉS. lire la suite